la source de Fontrouge

Données sur la source de Fontrouge (mise à jour données sur le Bès janvier 2018)


Cette source alimente aujourd'hui la commune de marchastel et les villages de Baboyère, Montgros, Montgrousset, le Cher et Rieutortet.
L'eau n'est pas pompée, il s'agit d'une eau de surface, il n'y a jamais eu de forage, il s'agit d'une source.

Le projet avec Aumont était un projet de surface

1°- tableau des consommations moyennes en 2011

Source de fontrouge

 

En m3/J

En l/s

Consommation moyenne journalière

140 m3/J

1.7l/s

Pertes

60 m3/J

0.7 l/s

Consommation

80m3/J

1l/s

 

données BRGM 2011 (bureau de recherches géologiques et minières)

données brgm source de fontrouge

2°- tableau en litre/seconde des mesures du trop plein de la source en 2010 et 2011

Date de la mesure

Mesure sur le trop plein de la source

Consommation marchastel  nasbinals

Mesure au pont des bartasses

Mesure au pont de Marchastel
Sur le Bès

 28/08/2010
  adéquation environnement

16l/s

1.8l/s

69.9l/s

111l/s

 07/06/2011
  brgm

20.5 l/s

1.4

75.7 l/s

191 l/s

 22/09/2011
  brgm

17.8 l/s

1.4 l/s

67.5 l/s

156 l/s

 18/11/2011
  brgm

21.6 l/s

1.15 l/s

?

1430 l/s

Autres mesures en litre/seconde  du trop plein de la source de 1976 à 2011

date de la mesure origine de la mesure
juillet 1976 778 m3 (9l/s) mesure au seau dans le lit du ruisseau.
-captage non créé et non dégagé, mesure  fausse  non validée.
De plus, les étiages des rivières en 1976 et 2003 sont identiques.
La mesure aurait du être d'environ 13 l/s
DDA
25/06/1977 2160 m3/jour (25l/s) mesure valide (chimique)
16/08/2003

6 l/s mesure au seau en contradiction totale avec les mesures de sept et nov
les pluies du 8 septembre n'expliquent pas la différence et l'étiage de la source
est en sept octobre.
De plus, il a été mesuré 3 l/s sur chaque drain, ce qui n'est pas possible car les drains
ne sont jamais symétriques en débit.
mesure totalement fausse.

éliminée par le conseil général en accord avec le maire de l'époque et l'employé
communal qui a fait la mesure, qui d'un commun accord ont programmé

une nouvelle mesure en septembre 2003.

commune à demande CG
(conseil général)
30/08/2003

6 l/s mesure au seau en contradiction totale avec les mesures de sept et nov
les pluies du 8 septembre n'expliquent pas la différence et l'étiage de la source
est en sept octobre
De plus, il a été mesuré 3 l/s sur chaque drain, ce qui n'est pas possible car ils ne sont jamais symétriques en débit.
mesure totalement fausse

éliminée par le conseil général en accord avec le maire de l'époque et l'employé
communal qui a fait la mesure, qui d'un commun accord ont programmé

une nouvelle mesure en septembre 2003
commune à demande CG
26/09/2003 1152 m3/jour (13.3 l/s) mesure au seau
satep, mairie suite fausse
mesure août
04/11/2003 1149 m3/jour (13.3 l/s) mesure valide (mesure du bac de sortie)
SDEE
26/11/2007 1175 m3/jour (13.6l/s)
commune ou SDEE?
17/06/2009 1703.3 m3/jour (19.7l/s) mesure valide (mesure du bac de sortie) commune
09/07/2009 1900 m3/jour  mesure valide (mesure du bac de sortie) SPE
08/09/2009 1728 m3/jour mesure surement fausse
SPE
25/09/2009 1375  m3/jour
commune
28/05/2010 1831.7 m3/jour bureau  étude
26/11/2010 2427.8 m3/jour bureau étude
07/06/2011 1771.2 m3/jour brgm
25/07/2011 1375  m3/jour  satep commune
06/09/2011 1277.5 m3/jour  satep commune
03/10/2011 1192.3 m3/jour  satep commune

Les étiages se situent en sept/octobre, mais peuvent commencer plus tôt en année de sécheresse
(Cela a été confirmé par sonde du BRGM en 2011).

3°- le projet refusé par le conseil municipal de fourniture d'eau à Aumont

Les chiffres clefs du le projet Fontrouge Aumont

 

Besoins d'aumont  à l'horizon 2030 en pointe 600m3/J, soit                        6.94 l/s
(les besoins aujourd'hui sont de 320 m3/J, soit 3.7 l/s)

Consommation maxi  été 2010/2011 sur le compteur de fontrouge              1.8 l/s

Total                                                                                                     8.74 l/s

Les 6.94 l/s pour Aumont, s'ils restent  à la rivière deviennent à peut près 6.5 l/s en arrivant au pont de Marchastel.
(perte en ligne, infiltration, évaporation) (les 3.7 l/s de 2011 deviennent 3.2 l/s)

4°- tableau des mesures au Pont de Marchastel et impact en % de la prise d'eau d'Aumont en 2030

Date de la mesure
(hydro eaufrance)

Mesure au pont de Marchastel
Sur le Bès

Besoin aumont maximum à l'horizon 2011 Pourcentage de prise
d'eau du projet  au pont de
Marchastel en
2011

Besoin aumont maximum à l'horizon 2030

Pourcentage de prise
d'eau du projet  au pont de
Marchastel en
        2030

Mesure à Saint Juéry sur le Bès Mesure à la passerelle metallique à Marchastel coté sources du Bès
17/09/2019
étiage 2019
120 l/s 3.2 l/s 2.7 % 6.5 l/s 5.4 %
28/09/2018
étiage 2018
161 l/s
3.2 l/s
2% 6.5 l/s 4%

29/08/2017
étiage 2017

122 l/s 3.2 l/s  2.6% 6.5 l/s  5.3%
07/09/2016
étiage 2016
142 l/s  3.2 l/s  2.2 % 6.5 l/s  4.6%
07/08/2015
étiage 2015
110l/s  3.2 l/s  2.9 % 6.5 l/s  5.9%
07/09/2014
étiage 2014
302l/s  3.2 l/s  1.1 % 6.5 l/s   2.1%

06/11/2013
étiage 2013

111 l/s 3.2 l/s

 2.9 %

6.5 l/s  5.9%
01/08/2012
étiage 2012
186 l/s 3.2 l/s  1.7 %  6.5 l/s 3.5%

12/07/2011
étiage 2011

104 l/s

 3.2 l/s
 3.1 %

 6.5 l/s

 6.25 %


02/10/2010
étiage 2010

104 l/s

 3.2 l/s  3.1 %

 6.5 l/s

 6.25 %


30/07/2009
étiage 2009

145l/s

 3.2 l/s  2.2 %  6.5 l/s

 4.5 %


30/08/2008
étiage 2008

167 l/s

 3.2 l/s  1.9 %

6.5 l/s

 3.9 %


16/08/2007
étiage 2007

216 l/s

 3.2 l/s  1.5 % 6.5 l/s

 3%


11/08/2006
étiage 2006

101 l/s

 3.2 l/s  3.2 % 6.5 l/s

 6.4%


17/08/2005
étiage 2005

74 l/s

 3.2 l/s  4.3 %

6.5 l/s

 8.8%


01/08/2004
étiage 2004

97 l/s

 3.2 l/s  3.3 %

6.5 l/s

 6.7%


04/08/2003
étiage 2003

64 l/s

 3.2 l/s  5 %

6.5 l/s

 10.2%

0.334 l/s 0.002 l/s
07/08/1976 pas de données 0.334 l/s 0.013 l/s

 

Conclusion

     En comparant les données disponibles à la station hydrologique de  Saint juery en 1976, on constate que les étiages
de 1976 et 2003 sont identiques :
-1976 est aussi sec au niveau des cours d'eau que 2003 à saint juery.
-2003 est encore plus sec coté sources du Bès (en amont du pont de la Fède) que 1976.
   On peut raisonnablement penser que les valeurs d'étiage de la source en 2003 ou 1976 sont équivalentes.
soit environ 13,3l/s (il reste alors 4.8l/s au ruisseau, en deçà des 6l/s préconisés)
Aumont doit donc demander moins d'eau pour 2030, non pas pour soutenir l'étiage du Bès, mais bien pour assurer le
débit minimum du trop plein de la source sur les 300 mètres concernés.
Le coté carrière du faltre en 2003 était quasiment à sec.(2 litres/seconde)

5°- Précisions et rectificatifs  

Lors de l'assemblée générale  de la pêche le 9 mars 2012, un groupe de personnes non pêcheurs donnait la valeur de 60%
d'eau en moins au pont de Marchastel (dont Mr Aldebert conseiller général qui était le porte parole des opposant au projet) comme sure et sans commentaire possible.
Cela est en totale contradiction avec les données du plus fort étiage mesuré au pont de Marchastel en 2003 avec la prospective
Aumont 2030, perte de 10.2% et non 60%. (voir tableau ci dessus).
Lors de la réunion du 8 juillet, Mr Aldebert a été informé par le conseil général que l'impact sur le Bès au pont de Marchastel serait au maximum de 11%, à l'échéance de 2030.

    Voici quelques rectifications sur les contrevérités parues dans la presse:
-la source de Fontrouge appartient à la commune de Marchastel et non au conseil municipal,
-le conseil municipal a rejeté le projet avec Aumont et non toute demande d'exploitation sur la ressource de Fontrouge
-Le conseil municipal a rejeté le projet pour plusieurs raisons, les deux principales étant la peur que Marchastel manque d'eau
au profit d'Aumont et de ne pas vendre l'eau assez chère, la conservation du patrimoine a été évoquée, le coté écologique
également ainsi que la perte de la gestion de la source à moyen terme, l'assèchement du Bès étant exclu vu les données fournies.
Fournir de l'eau de qualité à des humains qui sont nos voisins qui en manquent cruellement a été rappelé par le maire.

réf : données de la banque hydro : http://www.hydro.eaufrance.fr
réf : étude du bureau adéquation environnement
réf : données BRGM projet ALOZ

voir la partie de l'article de la Lozère nouvelle du 2 mars 2012           ici      bouton gris

voir la délibération du 13 octobre 2011                                           ici       bouton gris

Autres corrections et informations

     -Sur l'eau qui se trouverait à la carrière "Meric" au faltre: Mr Aldebert cite dans la lozère nouvelle du 23 mars 2012 "une source de 120m3 par jour qui jaillit" (les besoins d'Aumont sont actuellement de 320m3/J), Mr Aldebert a demandé de confirmer la présence de cette source au conseil général lors d'une réunion le 8 juillet 2011à Nasbinals, ce qui a été fait en septembre avec une personne d'usange qui connaissait bien la carrière, des membres du conseil général et moi même, il a juste été trouvé une source de 17 litres par minute, le lac de travail de la carrière était presque à sec.

Il y a tellement peu d'eau sur la carrière que l'entreprise va utiliser un processus de floculation pour récupérer l'eau de traitement pour la recycler.
Personne ne peut dire aujourd'hui d'où vient le chiffre de 120 m3.
De plus, la carrière a changé de propriétaire, le site n'est pas à vendre, les nouveaux propriétaires n'ont pas été contactés.

    -Le BRGM creuserait à 300m de profondeur, ce chiffre n'est pas exact, les plaquettes du projet ALOZ mentionnent juste 200m avec les schémas des 3 forages prévus, 50, 100 et 200m.

   -Les forages ne sont pas des forages d'exploitation, Mr Aldebert défend le contraire sans avoir eu aucun contact avec le BRGM.

   - Une réunion d'information du BRGM à Nasbinals a été annulée fin février 2012 par l'action de Mr Aldebert auprès du conseil général (preuve que le conseil général est actif dans le projet), 

   - Mr Aldebert prétend qu'un fort risque d'affaissement risque de se produire s'il y a un manque de pression en sous sol, c'est déjà le cas l'été  lors des étiages où le niveau des nappes baissent beaucoup, pourquoi le sol ne s'effondre t'il pas alors? et pourquoi les grottes ne s'effondrent elles pas?
Ce n'est pas pression de l'eau qui retient le sol, ce type de propos dessert l'association d'opposition car il n'est pas crédible.

   - il n'y a aucun forage en cours coté BRGM contrairement à ce qui est écrit dans la lozère nouvelle du 23 mars 2012, Mr Aldebert n'a donc pas arrêté de forage en cours.

   - Lors d'une réunion avec la communauté de commune en présence de tous les élus du canton, en février 2012, Mr Aldebert a prétendu que les forages du BRGM étaient prévus pour trouver du gaz de schiste, c'est totalement faux.
le role du BRGM dans le projet ALOZ est d'améliorer la connaissance sur les aquifères de l'Aubrac.

Pourquoi affirmer que le BRGM chercherait des gaz de schiste, si ce n'est pour inquiéter la population

    - L'eau de Fontrouge ou bien des forages, serait emmenée à St Chély, St Alban, Marvejols, ceci est en totale contradiction avec la réunion du schéma d'eau potable du 5 avril 2012, tous les projets de sécurisation de ces communes ont été évoqués et déjà en partie mis en œuvre sans utiliser de ressources souterraine de l'Aubrac. L'information est bien sur disponible au conseil général.
Beaucoup de propos faux ont été tenus, sans jamais rechercher la vérité, propos alimentant la rumeur publique.
L'étude sur la source de Fontrouge de 2011 n'a jamais été demandée à Aumont qui en est la commune propriétaire.
L'information a toujours été disponible.
Je suis même dénigré aujourd'hui personnellement sur des sujets n'ayant pas de rapport avec l'eau, on ne se trouve plus dans l'utilité publique, mais dans des attaques partisanes sans rapport avec des enjeux écologiques.

6° - Mon point de vue sur le projet Aloz et celui de distribution d'eau à Aumont Aubrac.

        6.1 Le projet Aloz est un projet scientifique qui vise à cartographier le sous sol de l'aubrac, entre autre, il va permettre de dater les diverses eaux rencontrées
On va ainsi pouvoir accroitre notre connaissance sur l'hydrologie de la source de Fontrouge, ce qui est très intéressant pour notre commune sur le long terme.

       Si un jour il devait y avoir des forages d'exploitation, cela passerait par l'état, la région, le conseil général, avec enquête publique, nous en saurions instantanément informés via le conseil général et bien sur par les propriétaires terriens concernés.
Je trouverais alors juste de s'opposer à un prélèvement sur les eaux fossiles.
Il faudrait alors s'opposer avec des arguments plus crédibles que l'affaissement de l'Aubrac.

le projet Aloz est totalement déconnecté  du projet de fourniture d'eau à Aumont avec la source de Marchastel, le préfet, le conseil général, la région, le conseil municipal de Marchastel et d'Aumont peuvent en témoigner


         6.2 le projet Aumont Marchastel
 J'ai voté pour le projet le 13 octobre 2011 lors d'un conseil municipal dans l'unique cas où Aumont ne trouverait pas d'eau ailleurs et bien sur dans le cas où la quantité de notre source est suffisante.
     Je vais demander au conseil municipal de pouvoir installer une sonde à l'année sur le trop plein.(trop de chiffres abberants colportés).
S'agissant d'un projet de surface, il ne touche absolument pas les sources environnantes, il ne peux donc s'agir d'un assèchement de l'Aubrac.
On utilise une partie du trop plein de la source.
Une étude environnementale a été faite calculant le débit biologique réservé, prouvant ainsi la potentialité de l'opération.
En temps que pêcheur, je peux certifier qu'il y avait 2 endroits à pêcher en août 2003 au plus fort étiage connu mesuré,
dont un est le ruisseau sous le pont de place naltes (bartasses) à 300 m de la source, et que ca aurait été la même chose avec le prélèvement d'Aumont.

La fédération de pêche est ok avec le projet en y mettant des réserves environnementales classiques.

7° - Conclusion


     Je rappelle que le prélèvement d'Aumont serait aujourd'hui de 3.7 litres par seconde et une prospective très hypothétique à 2030 serait de 6.94 litres par seconde sur un total à l'étiage de 13/14 litres par seconde.

Fournir de l'eau de qualité par la source de Fontrouge à nos voisins qui en manquent me semble juste dans la mesure où Aumont n'a aucune autre solution et dans le cas où la quantité d'eau de notre source est suffisante.

Info mars 2016 :
en 2020, la compétence eau et assainissement passera automatiquement au communauté de commune.
La commune n'aura plus aucun regard sur la gestion de l'eau, la future communauté gérera la source de Fontrouge.

info 2018 :
L'état accepte que le transfert de la compétence eau se fasse au plus tard au 1er janvier 2026.

On constate encore en 2019 que le débit d'eau de la source de Fontrouge est suffisant pour fournir la quantité d'eau demandée par Aumont Aubrac.
La quantité représenterait 2.7% de l'eau qui passe sous le pont de MARCHASTEL à son étiage du 17 septembre 2019.

 

 

Eric Malherbe, maire de Marchastel

 

 
marchastel